HOME BIOGRAPHIE ART CONTEMPORAIN SPECTACLE VIVANT MUSIQUE CONTACT

BIOGRAPHIE



Nicolas Comte


Nicolas Comte commence sa formation artistique à l'EESI (École Européenne Supérieure de l'Image), à Poitiers en 2007. Au sein de cette école publique d'enseignement supérieur artistique, il est mis au contact des pratiques plastiques dites 'classiques', puis est initié aux pratiques plus récentes voire expérimentales que sont l'art vidéo, l'installation, l'art programmé ou interactif. La combinaison de ces différents médiums l'amène à composer des installations mêlant outils vidéo et procédés optiques archaïques pour interroger notre rapport à l'image et notre subjectivité. En 2012, diplôme national supérieur d'études plastiques (DNSEP) en main, il participe à une exposition collective au FRAC Poitou-Charentes. L'année suivante, il obtient une « carte blanche » à l'artothèque de Poitiers, et y réalise une installation in-situ. Durant l'été 2013, cette installation donne lieu à un projet d'empreintes photographiques du dispositif qui s'avérait être une camera obscura à taille humaine.

En parallèle de sa formation d'artiste contemporain, il participe en 2010 à des laboratoires de création mêlant théâtre et nouvelles technologies. L'un est dirigé par Cyril Teste, l'autre par Anne Théron. Un an plus tard il est opérateur-vidéo dans Patio, spectacle de Cyril Teste présenté au TAP de Poitiers ; puis en 2012 il réalise la création vidéo du laboratoire de création Chantier Macbeth, mis en scène par Matthieu Roy.
2013 voit le début de collaborations artistiques régulières. En janvier 2013, il crée le dispositif vidéo temps-réel du spectacle Au Bord d'Angélique Orvain, avec qui il entame en septembre 2014 une seconde création vidéo donnant lieu au spectacle 20 Novembre, à partir du texte éponyme de Lars Noren. En mars 2013, il effectue la création vidéo du spectacle Même les chevaliers tombent dans l'oubli, mis en scène par Matthieu Roy. Cette collaboration se poursuit avec la création vidéo, en mars 2015, du spectacle Days Of Nothing. En novembre 2013, il est sur scène aux côtés de trois interprètes pour la lecture-performance du texte Que font les rennes après Noêl ? d'Olivia Rosenthal, pensée par Anne Théron. De 2014 à 2017 il collabore régulièrement avec Anne Théron, réalise le film du spectacle Contractions, puis signe les créations vidéo des spectacles Ne Me Touchez Pas, Celles Qui Me Traversent, et À La Trace.

Début 2014 commence une aventure collective aux côtés d'Estelle N'Tsende et Zoé Thimonnier. Le Collectif Thêtar voit le jour. Plusieurs laboratoires de création prennent place dans diverses villes et régions de France et donnent lieu à des formes mêlant le Théâtre, la Danse, la Performance, la Musique et les Arts Plastiques. C'est un premier contact très inspirant avec la création sonore pour la scène. Mais des désaccords naissent progressivement au cœur de l'organisation du collectif et mènent à sa dissolution en décembre 2016.

De nouvelles rencontres lui permettent régulièrement d'élargir son horizon créatif et d'expérimenter des dispositifs vidéo très différents les uns des autres, ne cessant d'interroger le rapport que nous entretenons avec l'image. Dés 2014, il travaille aux côtés de Marie-Laure Crochant et Simon Le Moullec à la maquette de création d'un spectacle de science-fiction (Climat Central). En 2017 il travaille aux côtés du vidéaste Nicolas Doremus à la création vidéo de Ça occupe l'âme, écrit et mis en scène par Marion Pelissier. Puis Il crée, en peinture numérique, la fresque vidéo du spectacle La Résistible ascension d'Arturo Ui mis en scène par Pierre Sarzacq. Il prépare actuellement, avec Simon Le Moullec la création scénographique et vidéo du spectacle Issues, ainsi que celle du spectacle Le Roi Lear pour les enfants d'Angélique Orvain.